Accueil - Contact

Inscription Newsletter

 

Valérie Rodrigue

rend hommage à Fantin

 

Fantin, 19 mars 2010- 25 août 2012

Deux ans et demi, c’est peu de temps mais c’est aussi le temps d’une vie pleine et intense. Fantin, à ton arrivée chez nous, tu avais l’air d’un petit renard gris à la queue tigrée. Tu t’es tout de suite senti à l’aise dans la chambre que je t’avais destinée pour ton adaptation et tu t’es assis au milieu, l’air de dire “bon et ben maintenant, vous avez prévu quoi pour me distraire  ?” Rien à faire des jouets, des phéromones apaisantes etc. Les enfants, mon mari et moi-même, en sommes restés bouche bée. Bon, on a ouvert la porte et tu es parti tout seul en repérage. Petit chat clown, tu as su mettre Suzie dans ta poche. Suzie, c’est notre minette brune au caractère entier. Si une tête ne lui revient pas, elle lui fait les yeux noirs et c’est fini pour la vie. Mais pas avec toi…. c’est toi plutôt qui feras les yeux tout ronds quand jaloux, tu veux la virer de nos genoux pour rafler tous les câlins. Et tu lui mords la queue, en prime.

Tu a remis de la vie dans la maison après la disparition de Rosie, notre Bleu Russe chérie. Je te l’ai dit, Fantin, tu n’étais pas là pour remplacer Rosie mais pour être toi-même. Un Bleu après une Bleue pour revoir quelque chose d’elle, seulement quelque chose, dans le gris bleu. Mais on comptait bien sur vos différences. D’abord, c’était une fille et toi, un garcon et tu aimais les jeux de garçon :

Tu as joué à Tarzan sur les rideaux, tu venais me regarder quand je prenais un bain, et tu es tombé dedans, une fois ! je me suis un peu moquée de toi… Bricoleur, tu as su très vite ouvrir les cages mais aussi les portes des placards (tous systèmes confondus). Je t’avoue avoir planqué les clefs de la voiture à plusieurs reprises, de peur que tu me les prennes. Tu m’avais regardée conduire, sans doute avais-tu pigé le mode d’emploi des commandes.

On partait tous ensemble le week-end en Normandie, une heure trente de voiture, Suzie râlait, toi tu regardais la route, l'œil mi-clos, en confiance (d’ailleurs, on plaçait ta cage au milieu sur le siège arrière pour que tu profites bien de la circulation). A notre arrivée, tu galopais dans les escaliers de la maison et tu courais faire une sieste sur le hamac suspendu au radiateur ou sous le couvre lit en soie (chat de luxe). Mais quand il faisait beau, tu aimais te balader dans le jardin que j’avais fait délimiter par de très hauts grillages pour empêcher toute fugue féline. Un beau jour, malgré ces précautions, je ne te retrouve pas, mon Fantin, derrière le grillage, dans le pré voisin, à faire la causette aux chevaux ?! Tu avais repéré un trou dans la terre et avais filé par en dessous. Galopin ! Je ne t’ai jamais laissé te balader dehors la nuit, même dans le jardin clos, et tu en as fait des pitreries pour me convaincre (en vain). A bout de miaous sur tous les tons, tu te laissais retomber par terre comme une veuve sicilienne. “Comédie”, je te répondais !

Tu souffrais d’asthme, sans doute à cause des travaux de peinture que nous avions fait réaliser mais cet asthme, on arrivait à faire en sorte qu’il te fiche la paix. Il ne t’a pas empêché de courir à toute vitesse ni de t’amuser ni de manger (ta part et celle de la pauvre Suzie). C’est le crabe qui nous fait si peur à nous humains qui t’a emporté. En trois jours mon beau minou tu as dépéri. Tu es parti à pas feutrés, fidèle à ton habitude “do not disturb”. A la fin des vacances, d’un été passé tous ensemble à la campagne et à la montagne (que j’étais contente ! cet asthme te lâchait bien à la montagne).

Quand on est venus te dire adieu, tu as remué légèrement les oreilles, un petit signe comme le vent dans les feuilles, Fantin, c’était tout toi. Un ouragan ou le vent dans les feuilles, tu n’étais jamais dans la juste mesure, sans doute parce que le temps t’était compté. Il y aura toujours beaucoup de Fantin dans nos cœurs et dans la maison de Paris comme dans celle de Normandie. Tu as vécu à toute vitesse et beaucoup vécu, en deux ans et demi. 

 

 

 

 

 

 

 

Culture Chat est une association à but non lucratif, régie par la loi du 1er juillet 1901